Haut




newsletter-du-JardinOscope Rejoignez les 473 abonnés

Une sauterelle verte et une araignée colocataires dans un rosier

Sauterelle verte des prés
Tettigonia viridissima

(Linnaeus, 1758)

Tettigonia viridissima
Jeune femelle (nymphe) au dernier stade larvaire avant de devenir adulte avec une
tarière lisse et peu courbée déjà bien développée et des ailes encore embryonnaires

Carte d'identité :

Synonymes : Grande Sauterelle verte, Tettigonie verte, Sauterelle à coutelas, Sauterelle à sabre,  Locusta viridissima.
Sauterelle de l'Ordre des orthoptères, de la Famille des Tettigoniidae, commune dans toute l’Europe occidentale et dans la France entière.
Ces sauterelles ont un habit entièrement vert avec une bande couleur brun-roux au dessus du thorax et sur la partie supérieure des ailes.
Taille du corps : Les mâles mesurent de 28 à 36 mm de long, les femelles plus grandes, de 32 à 42 mm.
Ailes comprises, leur longueur atteint 60 mm.
La femelle est dotée d'un oviscapte (tarière) presque droit, de 23 à 32 mm de long recouvert par les ailes.
Envergure : 10 cm, mais malgré ces grandes ailes, ces sauterelles "volettent" plus qu'elles ne volent, cependant elles planent très bien si peu que le vent soit complice.
Les antennes particulièrement fines et longues peuvent mesurer plus de 2 fois la longueur du corps.

Les stridulations : L'organe de stridulation du mâle est situé à la base de ses élytres. Les puissantes stridulations qu'il émet dès juillet par temps assez chaud sont caractéristiques.
Le système auditif de cette sauterelle constitué d'une fine membrane assimilable à un tympan, se situe de chaque côté des tibias antérieurs, un peu en dessous des genoux.

Habitat : Les adultes visibles de mi-juillet jusqu’en octobre fréquentent de nombreux milieux ensoleillés comme les bordures de chemins, les pelouses sèches, les broussailles et friches, mais aussi les jardins.

Régime : Carnassière et arboricole, cette sauterelle se nourrit surtout d'insectes, de chenilles et de diverses larves, mais peut aussi se satisfaire de végétaux (fruits) dans lesquels elle évolue tels que les buissons, arbustes et arbres qu'elle affectionne particulièrement.

Reproduction : Lors de l'accouplement, le mâle dépose un spermatophore à l'aspect blanc et gélatineux à l'entrée des voies génitales de la femelle. Ce sac à spermatozoïdes reste fixé à la base de la tarière et se vide peu à peu dans les parties génitales de la femelle.
A l'aide de sa longue tarière, la femelle pond entre 100 et 150 œufs allongés, brun-foncé dans le sol, par groupes de quelques unités ou isolés.
L'émergeance des jeunes sauterelles à lieu en avril. Après 6 ou 7 mues en 3 ou 4 mois, , les sauterelles atteignent l’âge adulte; elles ont un an et doivent assurer leur descendance...

Le saviez-vousComment les attirer dans le jardin ?

Laissez des parties non travaillées où poussent librement les graminées et les arbustes. Ne pulvérisez bien-sûr aucun insecticides (de toutes façon ils sont interdit depuis janvier 2019) et évitez de passer la tondeuse avant l’automne.
Pour préserver les œufs et les futures sauterelles laissez des endroits de terre dégagés et ne bêchez pas, ne labourez pas avant le mois d’avril.

 


Catégorie: LES INSECTES - Tags: , , - Commentaires [1] - Billet édité le 12 juil. 19 par
Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !


Commentaires sur: Une sauterelle verte et une araignée colocataires dans un rosier

  • Sympa votre blog. Je croyais que seul les grillons avait un sabre.

    Posté par plume de mer, 14 juil. 19 à 14:26 | | Répondre
Nouveau commentaire

Logo-JardinOscope
Le JardinOscope vous remercie de votre visite

« Accueil

Stop-pesticides-de-synthèse
Nous voulons des coquelicots
Appel pour l’interdiction
de tous les pesticides de synthèse
www.nousvoulonsdescoquelicots.org/




Logo-AAAE

Feuille_1
Feuille_2
Feuille_3