Haut

newsletter-du-JardinOscope




Logo-AAAE

Feuille_1
Feuille_2
Feuille_3


Ces araignées qui cristallisent toutes nos angoisses !

Au fil des araignées

Muséum d'histoire naturelle à Paris

Au fil des araignées au Muséum de Paris

Une exposition passionnante et instructive

Les araignées ne sont pas ces monstres poilus, vivant dans l'ombre, comme on a bien voulu nous le faire croire au point de susciter peur et phobie, mais des animaux très surprenants qui méritent d'être mieux connus. Cette exposition du Muséum National d’Histoire Naturelle décline toutes les facettes et caractéristiques de ces prédateurs efficaces, surprenants par leurs comportements et leurs extraordinaires capacités.

Le parcours est conçu comme une découverte progressive pour mieux faire connaissance avec les araignées, sans omettre la part d'imaginaire et les raisons, réelles ou mythiques, de la peur qu’elles inspirent. des zones, bien définies par la scénographie, montrent l’aspect effrayant des araignées, en prenant soin d’avertir le visiteur.

L’exposition aborde le monde des araignées de façon ludique, artistique et bien sûr scientifique.

L’ambiance est claire et lumineuse. L’objectif est de développer l'intérêt de tous les publics pour ces animaux surprenants par leurs comportements et leurs capacités.

La scénographie est faite de voilages, de parois légères comme des toiles d’araignées, la présence d’objets ethnographiques et artistiques ainsi que la diffusion de récits de contes et légendes contribuent à créer un environnement léger... propre à réhabiliter les araignées.

Les araignées - Muséum d'histoire naturelle à Paris

Pour rendre visibles ces animaux minuscules tout en ne rebutant pas les visiteurs que les araignées effraient, l’exposition met en valeur les espèces colorées et surprenantes, grâce à des reproductions aux dimensions décuplées, à des photos et à la présentation de quelques espèces vivantes.

Araignées - Muséum d'histoire naturelle à Paris  Araignée Muséum d'histoire naturelle à Paris

Le visiteur est invité à manipuler, jouer, regarder, observer, écouter sur des supports très variés voires inattendus contribuant à nourrir sa curiosité.

Des zones sensibles bien signalées. Les alcôves qui traitent des sujets effrayants sont clairement signalées et leur contenu précisé : films de fiction mettant en scène des araignées terrifiantes, plusieurs araignées vivantes, reproduction d’une mygale à caresser et un menu araignée, pour illustrer le fait que dans certaines régions du monde elles sont comestibles.

Les araignées vivent partout autour de nous !

Où que nous soyons, il y a toujours une araignée près de nous :

  1. A tous les étages de la végétation
    Des prairies aux forêts tropicales, les araignées sont particulièrement nombreuses dans tous les milieux riches en végétation. On les trouve à tous les niveaux, du sol à la cime des arbres en passant par les hautes herbes et les buissons. En France, les arachnologues comptent 200 araignées au m2 dans une prairie, dont la majorité mesurant quelques millimètres sont à peine visibles.

  2. Au cœur des villes
    Les araignées ne vivent pas uniquement cachées dans les greniers ou dans les caves des habitations à la campagne. Bien que plus discrètes en ville, elles sont bien là, à tisser leurs toiles ou à grimper aux murs jusqu'au sommet des plus hauts immeubles.

  3. Haut dans le ciel
    Pour se disperser ou se déplacer plus rapidement, les araignées utilisent la voie des airs. Elles n'ont pas d'ailes, mais c'est un fil de soie entraîné par les courants aériens qui leur permet de se laisser porter au gré du vent.

  4. Sous l'eau
    L'argyronète (Argyroneta aquatica) est la seule araignée connue à vivre sous l'eau. Pour pouvoir respirer, elle construit une petite cloche en soie. Elle y emprisonne des bulles d'air qu'elle ramène de la surface, coincées dans les poils très serrés qui couvrent son abdomen. L'efficacité de son venin lui permet de s'attaquer aux poissons. Une fois sa proie capturée, elle l'amène dans sa cloche à air où le venin peut agir sans se diluer dans l'eau.

  5. Sous la neige des montagnes
    La plupart des araignées adultes ne survivent pas à l'hiver. Pourtant, dans les pays froids, certaines espèces sont actives sous la neige et peuvent survivre à des températures allant jusqu'à -15°C. D'autres vivent dans les montagnes jusqu'à 6000 mètres d'altitude en particulier dans l'Himalaya.

  6. Dans le noir
    Le milieu souterrain n'est pas totalement hostile à la vie. Les araignées sont de celles qui ont élu domicile au plus profond des grottes. Complètement privées de lumière du jour, quelques rares espèces sont même aveugles.

Atypus affinis
dans sa chaussette

Atypus affinis
Derrière le terme "Mygale" se cachent près de 2500 espèces d'araignées très différentes. L'énorme Theraphosa blandi peut atteindre, toutes pattes dehors, 30 cm d'envergure. Au contraire, Atypus, qui se cache certainement dans une forêt derrière chez vous, est bien plus petite.

Les araignées ont conquis l'ensemble du globe terrestre à l'exception des pôles; elles s'adaptent, se transforment, se multiplient,... plus de 45.000 espèces sont ainsi répertoriées dans le monde (World Spider Catalog, 2016) réparties entre 3958 genres et 114 familles. En France, 1650 espèces ont été décrites à ce jour.

Les araignées se nourrissant d'insectes sont des prédateurs qui jouent un rôle dominant dans presque tous les écosystèmes terrestres. Elles sont dotés d’outils remarquables : du venin, de la soie, des yeux et des organes sensoriels très sensibles. 

Araignée crabe • Misumena vatia
Araignée crabe • Misumena vatia • taille réelle 10 mm

Austracantha minax   Theridion grallator
Austracantha minax                                                                 Theridion grallator
(taille réelle 7 mm)                                                                   (taille réelle 5 mm)

Les venins de la légende

Les araignées, même les plus grosses, mordent très rarement l'homme.
Quel intérêt auraient-elles en effet à s'attaquer à d'aussi grosses proies ?
Face à nous, la morsure est une attitude de défense, utilisée en dernier recours.
Le venin des araignées peut être beaucoup plus toxique que celui des serpents : il doit foudroyer les insectes avant qu'ils ne s'échappent ou ne blessent leur bourreau.
Fort heureusement, les composants de ce venin sont rarement actifs sur l'homme.
Ainsi, sur plus de 41.000 espèces d'araignées répertoriées dans le monde, seulement une centaine peuvent provoquer une réaction chez l'homme et moins d'une dizaine sont véritablement dangereuses.

Araignée-Museum Paris
Comparativement, les guêpes, frelons et abeilles sont responsables
en Europe de 400 morts par an surtout auprès d'une population allergique

Quelques espèces d'araignées communes en France :

L'Épeire diadème - Araneus diadematus

On la croise de la fin de l'été à l'automne. Elle tisse une très belle toile géométrique, mais se tient cachée à proximité dans sa retraite faite de feuilles reliées par des fils.


Une épeire diadème tisse sa toile orbiculaire by Le JardinOscope

La Zygielle - Zygiella x-notata

Cette araignée dite "des fenêtres" construit une toile géométrique à laquelle il manque une "part" dépourvue de spirales. Elle reste à proximité, cachée dans sa retraite de soie reliée au centre de sa toile par un fil avertisseur. Dès qu'une proie heurte la toile, la Zygielle se précipite sur sa toile.

Toile de Zygiella x-notata
Photo d'archive du JardinOscope : Voir la fiche de la Zygielle

La Ségestrie

Le repaire de cette araignée dont les chélicères présentent des reflets vert métallique, est une toile en forme de tube enfoncée dans une fissure ou un trou autour de laquelle se déploie une douzaine de fils.

Segestria

Les Pholques

Très fréquents dans les maisons tout au long de l'année, ils tissent leurs toiles inorganisées au plafond, dans les angles ou derrière les meubles. Cherchez bien chez vous, vous avez forcément un pholque caché dans un coin. Ils se tiennent à l'envers sous leur toile qui ne semble être qu'un amas de fils enchevêtrés. Si vous les dérangez, ils tournoient très vite pour brouiller votre vue et paraître en quelque sorte invisibles.

Araignée - Les Pholques  Araignée - Les Pholques

Araignée - Les Pholques
Voir la carte d'identité des Pholques

Araignée - Les Pholques  Vibrations pholque sur sa toile
En cas de danger, il tournoie très vite pour se rendre invisible

Les Tégénaires

C'est sans doute la plus connue car en raison de son aspect velu et de sa grande taille - jusqu'à 5 cm les pattes étalées - elle passe moins facilement inaperçue que les autres espèces. Selon un légende tenace, c'est elle qui est accusée à tord de venir nous mordre pendant notre sommeil la nuit. Inoffensive pour l'homme, la plupart du temps, elle reste cachée au fond de l'entonoir qui termine sa toile en nappe.

Tégénaire  Toile en nappe de la tégénaire
Photos d'archive du JardinOscope : voir la fiche des Tégénaires

Toile de Agelena labyrinthica
Toile en nappe d'une Agelena labyrinthica avec retraite tubulaire

Les Linyphides

Il faut être patient pour repérer ces petites araignées pas plus grosse qu'un grain de riz. On les trouve la tête en bas sous leur toile en nappe qu'elles tendent dans la végétation.

Toile de Linyphide  Linyphia triangularis
Photos d'archive du JardinOscope : voir les fiches des Linyphiidae

Les salticides

Les araignées sauteuses sont plus nombreuses. Même si elles sont petites, vous les reconnaîtrez facilement : si vous essayez de les attraper, elles s'enfuit en sautant, elles ont 2 yeux frontaux démesurés en plus des 6 autres yeux secondaires.

Araignée - champ de vision saltique

Salticus scenicus  Pseudeuophrys lanigera
Salticus scenicus                                                                  Pseudeuophrys lanigera

Photos d'archive du JardinOscope : voir les fiches des Salticidae

Marpissa muscosa
Marpissa muscosa

Elles ont une excellente vision, très utile pour la chasse à vue dont elle sont spécialistes. Quand l'araignée sauteuse repère une proie, elle s'immobilise, se recroqueville, épie sa proie et enfin lui saute dessus.
Les yeux frontaux principaux, les plus gros lui permettent de distinguer le plus petits détails. Ses yeux secondaires lui permettent de détecter la présence d'une proie ou d'un prédateur sans pouvoir l'identifier.

Araignée Salticidae - araignée sauteuse - Heliophanus sp.
Salticidae, araignée sauteuse... Heliophanus sp.

Les Lycoses

Ne cherchez pas la toile de ces araignées-loups, car elles n'en font pas : elles sont soit errantes, sans cesse en déplacement sur le sol, soit cachées dans leur terrier.

Lycose Hogna radiata  Lycose Pardosa amentata avec son sac d'œufs
        Hogna radiata                                                       Pardosa amentata avec son sac d'œuf

Photos d'archive du JardinOscope : voir les fiches des Lycosidae

L'araignée cracheuse ( Scytie )

C'est une chasseuse nocturne redoutable qui ne construit pas de toile, mais qui, après un travail d'approche, lance un filet de soie sur sa proie en moins de 35 millisecondes. Ses crochets sont de véritables canons à soie, oscillant à une vitesse fulgurante. Ces oscillations sont provoquées par le fluide lui même qui sort très rapidement. C'est la seule espèce qui possède une glande à soie supplémentaire, logée dans la tête. Cette soie à la propriété de se rétracter, emprisonnant ainsi encore plus fortement sa victime.

Araignée cracheuse - Scytodidae
Photo d'archive du JardinOscope : voir la fiche des Scytodidae

L' araignée crabe

Sa technique de chasse très efficace consiste à rester cachée et immobile le plus longtemps possible, elle est même capable de changer de couleur en quelques heures pour mieux se confondre avec celle de la fleur. Elle va attendre ainsi jusqu'à ce qu'une proie - même plus grosse qu'elle - passe à sa portée. L'araignée crabe dispose d'une arme redoutable : le venin qui paralyse sa proie en quelques secondes. Il s'agit d'un neurotoxique que l'araignée crabe inocule à sa victime avec la paire de crochets qui entourent sa bouche. Ce venin inoffensif pour l'homme est mortel pour la plupart des insectes. Ce poison va déclencher l'exodigestion, c'est à dire liquéfier les tissus de la proie que l'araignée n'a plus qu'à aspirerpour se nourrir.

 Festin Thomise globuleux - Synaema globosum  Araignée crabe - Misumena vatia
Synaema globosum                                            Misumena vatia

Photos d'archive du JardinOscope : voir les fiches des araignées crabes

Les araignées ont-elles une bonne ou mauvaise vue ?

Les scientifiques se posent encore la question. La seule certitude, est que certaines espèces qui chassent à vue ont 2 yeux plus gros que les autres qui leur permettent de bien repérer leurs proies. Les araignées sauteuses et les araignées d'eau sont des exceptions car la plupart des araignées ont une mauvaise vue.
Cependant, les araignées ont d'autres organes de perception. Elles n'ont pas de système auditif mais "entendent" avec des poils ou soies, répartis essentiellement sur leurs pattes. Ces récepteurs ultra sensibles leur transmettent toutes les vibrations autour d'elles, le moindre bruit, le mouvement d'air produit par les ailes d'un insecte.
Elles possèdent également sur les pattes des organes qui leur permettent de "sentir" de très loin les odeurs laissées par leurs congénères. Pour certaines espèces, les percussions et vibrations sont même indispensables aux parades nuptiales.

Diapason

Les Araignées répondent à l'appel du diapason

Les araignées sont de grandes mélomanes. Elles ne résistent pas à l'appel du diapason. La vibration de cet instrument tout près de la toile imite à la perfection celle d'une proie. Cette méthode est couramment utilisée par les arachnologues amateurs pour faire sortir les araignées de leur retraite.


La soie, un fil hors du commun !

La soie est le grand atout des araignées :

Personne ne peut rivaliser avec elles dans ce domaine. Ce fil qui nous parait si fragile tant il est fin, est en réalité un matériau étonnant : résistant, léger et flexible, ses propriétés sont incomparable. A diamètre égal, la soie est plus solide que l'acier et plus résistante que le kevlar. Son secret : il est composé de centaines, voire de milliers de fils encore plus fins, appelés fibrilles. L'araignée les "tisse" entre eux afin d'obtenir une soie de nature différente pour chaque usage : collante pour piéger ses proies, plus solide pour la retenir en cas de chute, colorée pour camoufler son cocon dans la végétation, etc...

Des avancées dans la recherche

Douchées au carbone, des araignées fabriquent une soie encore plus résistante et élastique
Un "pschitt" de carbone et les araignées tissent une toile fortifiée ! Après avoir "ingéré", via un spray, des nanotubes de carbone et des flocons de graphène (un feuillet d'une seule couche de carbone organisé en nid d'abeille), de banales arachnides italiennes de la famille des Pholcidae excrètent une soie à la fois " ultra résistante et incroyablement élastique", rapporte l'ingénieur Emilano Lepore de l'université de Trente (Italie), qui a eu l'idée à la fois simple et lumineuse d'asperger ainsi les bestioles.
http://www.sciencesetavenir.fr

Les cocons

Cocon-1Les araignées-lynx restent auprès de leurs cocons, allant parfois jusqu'à le percer pour aider les petits lors de l'éclosion.

 

 

 

 

Cocon-2Les Agroeca recouvrent leur petit cocon blanc d'une couche de terre afin de le camoufler.

 

 

 

 

 

Cocon-3Les Pisaures tiennent leur cocon entre leurs chélicères, ce qui les oblige généralement à jeûner. Plus tard, elles le suspendront sous une toile en dôme qu'elles surveilleront attentivement.

 

 

 

 

Cocon-4Les épeires fasciées meurent après la ponte. Les œufs sont protégés du froid de l'hiver par les couches de soie et la couleurs du cocon lui permet de se fondre dans la végétation.

 

 

 

 

Cocon-5Les araignées-loups sont des mères exemplaires : elles ne se séparent jamais de leur cocon qui est solidement accroché à leur filières. Après l'éclosion, elles laissent près d'une centaine de jeunes monter sur son abdomen pendant plus d'une semaine.

 

 

 

 

Le battage

Pour récolter des araignées qui vivent dans la végétation haute, un parapluie japonais est l'outil idéal : posé ou maintenu sous un arbre ou un buisson dont on secoue les branches, il permet de récupérer les araignées qui en tombent.

Le battage des araignées

L'aspirateur à bouche permet ensuite de saisir les araignées : il suffit de les aspirer. Ne pas oublier de mettre un tissu fin à la base du tuyau pour éviter d'en avaler quelques-unes.
La loupe est utile pour les espèces de petite taille.

Araignée-188

Les débuts de l'arachnologie

Eugène Simon (1848 - 1924) est un des pères de l'arachnologie. Il n'a que 16 ans lorsqu'il écrit la première version de l'Histoire Naturelle des araignées. Sa fortune lui permet de se consacrer totalement à sa passion : Il compile et augmente considérablement le savoir sur ces animaux qui ne suscitaient jusqu'alors guère d'intérêt.
Depuis, de nombreux chercheurs ont complété notre connaissance du monde des araignées. Ils sont quelques centaines de toutes les nationalités à poursuivre cette tâche aujourd'hui.

Araignée myrmecomorphe  Araignée myrmecomorphe
A droite, l'araignée sauteuse ''Leptorchestre berolinensis'' qui est myrmecomorphe,
c'est à dire qui ressemble à une fourmi afin 
d'éloigner les prédateurs,
car les fourmis ont la réputation de ne pas avoir bon goût. Elle va
même jusqu'à remuer
ses pattes avant au dessus de sa tête pour faire croire qu'elle a des antennes !

Affiche scolaire de l'Épeire diadème

Affiche scolaire de l'Épeire diadème

Cette affiche représente la femelle au centre de sa toile courtisée par le mâle en bas à gauche. Les détails de leurs anatomies figurent sur le pourtour : céphalothorax de la femelle, crocs à venin, griffes aux extrémités des pattes, cocon, filières et pédipalpes et le bulbe copulateur du mâle.

Araignées Muséum d'histoire naturelle à Paris

Araignée, que racontes-tu ?

Les chercheurs estiment que des dizaines, voire des centaines de milliers d'espèces restent encore à découvrir, en particulier dans les zones tropicales. Chaque nouvelle espèce est soigneusement décrite, dessinée, nommée et classée. L'élaboration des liens de parenté permet de mieux appréhender le groupe dans son ensemble et la place des araignées dans le monde vivant.
De plus, la compréhension du rôle de ces animaux dans les écosystèmes peut s'avérer utile, par exemple lorsque leur présence ou leur absence témoigne de l'état de santé d'un milieu.
On estime qu'un couple d'araignée ne laisse comme descendance que juste de quoi perpétuer l'espèce sachant que les adultes doivent faire face à de nombreux prédateurs : Lézards, oiseaux, hommes,...
Les araignées ont un rôle écologique capital; en effet elles sont les plus grands régulateurs d'insectes loin devant les oiseaux; elles capturent à elles seules chaque année plus de 400 millions d'insectes par hectares.

°°°0°°°

Quelques espèces d'araignées des régions exotiques

Les Néphiles

Néphila inaurata madagascariensis

Néphile dorée de Madagascar • Néphila inaurata madagascariensis

Néphila inaurata madagascariensis  Néphila inaurata madagascariensis
Les toiles des Néphiles sont parmi les plus grandes toiles géométriques.
Les fils d'accroches de la construction atteignent parfois plusieurs mètres de long.
Cette soie particulière présente des reflets dorés.

Néphila inaurata madagascariensis

°°°0°°°

Nephila senegalensis  Nephila senegalensis
Néphile du Sénégal • Nephila senegalensis • Famille des Néphilidae
Taille du corps : 4 cm chez la femelle, 1 cm chez le mâle

°°°0°°°

Les Mygales

Araignée Mygale Aphonopelma sp.  Mygale Brachypelma smithii
Mygale Aphonopelma sp. (15 cm)                      Mygale Brachypelma smithii (8 cm)
Origine : Amérique du sud                                       Origine : Mexique       

Les plus grosses mygales, comme celles présentées ci-dessus, sont toutes exotiques; aucune chance d'en croiser une en France, si ce n'est en captivité. Aphonopelma (ci-dessus à gauche), active la nuit, passe toute la journée à se reposer, cachée dans un creux aménagé sous une pierre ou sous des branchages.

°°°0°°°

Araignées sociables

Araignées sociables Anelosimus eximius  Araignées sociables Anelosimus eximius
Araignées sociables Anelosimus eximius originaires de Guyane

il n'existe qu'une quinzaine d'espèces d'araignées sociables parmi les 41.000 espèces connues; Anelosimus eximius est l'une de ces rares espèces qui vivent en groupe. Elles ne forment pas pour autant une société hiérarchisée comme chez les fourmis ou les abeilles. Leur nombre leur permet essentiellement de tisser des toiles gigantesques dans lesquelles se prennent des proies bien plus grosses qu'elles. Anelosimus eximius sont des araignées dont la taille du corps ne dépassent pas 0,5 cm.

°°°0°°°

Araignée Muséum d'histoire naturelle à Paris   Araignée Muséum d'histoire naturelle à Paris

Au fil des araignées

Muséum d'histoire naturelle
Grande Galerie de l'Evolution
36, rue Geoffroy Saint-Hilaire
PARIS Vᵉ


http://araignees.mnhn.fr/

Bonus


Présentation visite guidée en LSF ( Langage des signes pour mal-entendants)

Extrait du film fantastique The Incredible Shrinking Man réalisé par Jack Arnold (1957)


L'homme qui rétrécit (1957) by trichamiky

Synopsis de "L'homme qui rétrécit" (Titre original : The Incredible Shrinking Man)

Suite à un passage en pleine mer dans une nappe de brouillard radioactif, Scott Carey voit avec effarement son corps diminué de taille ! Il consulte les plus grandes sommités scientifiques qui ne peuvent que constater le phénomène... De plus, Scott retrécit toujours et nul ne peut prévoir jusqu'où le processus ira. Sa femme lui installe une petite maison de poupée, il ne mesure plus que 10 centimètres... Un jour, seul à la maison, Scott est attaqué par le chat de la maison; il lui échappe de justesse, mais dans sa fuite il est précipité dans la cave. Lorsqu’il revient à lui, personne ne se doute qu’il a échappé au chat. Sa taille a encore diminué, et plus personne ne soupçonne qu’il est dans le sous-sol de la maison; c’est seul, face à une araignée deux fois plus grosse que lui qu’il doit maintenant se battre...

Galerie photos des araignées du JardinOscope
Galerie photos des araignées du JardinOscope

Ailleurs sur le web

Larinia
Des araignées mutilent les organes génitaux de femelles pour s'assurer la paternité
Une nouvelle étude révèle que certaines araignées mâles évoluent vers un comportement visant à mutiler les parties génitales externes de femelles pour les empêcher de s'accoupler à nouveau. Ce comportement garantit ainsi au mâle qu'il sera le père de toute de la progéniture. (Article publié le 8 novembre 2015).
http://www.gurumed.org

Catégorie: LES ARACHNIDES - Tags: , , , - Commentaires [1] - Billet édité le 13 mai 12 par
Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !


Commentaires sur: Ces araignées qui cristallisent toutes nos angoisses !

Nouveau commentaire

Logo-JardinOscope
Le JardinOscope vous remercie de votre visite

« Accueil